Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MODE ACTUALITE POLITIQUE SPORT MEDIAS ELECTIONS VIE PHOTOS
  • MODE ACTUALITE POLITIQUE SPORT MEDIAS ELECTIONS  VIE PHOTOS
  • : Des photos pour rêver. Des mots pour partager des idées. Des souhaits pour la société. Des engagements politiques
  • Contact

AGIR AGIR

logo_eat.gif







LES ENFANTS AVANT TOUT 

Rechercher

RUE DU BONHEUR

 

Texte Libre

27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 23:50

 

Le silence est aussi un langage important.


Savez-vous que les parents castors sont terribles ? Ils veulent sans arrêt comprendre, expliquer, rassurer et surprotéger leurs enfants. Si l'un d'eux a une difficulté ou présente un comportement qui les inquiète, aussitôt ils se précipitent sur lui.

 

Si par exemple l'enfant devient muet ou colérique, s'il se met à faire des cauchemars ou encore à faire pipi au lit, alors ils décident immédiatement que tout cela doit s'arrêter, doit être supprimé, que « l'enfant doit aller mieux », comme ils disent.

 

Ils ne peuvent pas s'empêcher d'intervenir, les parents castors.

 

Ils ne savent pas la différence entre écouter, accueillir, entendre et agir. Ils se sentent obligés de comprendre et surtout ils veulent faire. Faire pour leur enfant, tenter de supprimer tout de suite la difficulté, le problème, la douleur.

 

Ils croient, les parents castors, qu'être parents, c'est dérouler tout de suite le tapis rouge pour éviter à leurs chers petits les violences de la vie.

 

Ils croient aussi, à partir de ce qu'ils pensent avoir compris, qu'il faut supprimer ce qu'ils vivent eux-mêmes comme « pas bon », « mauvais » ou « insupportable » pour leurs enfants. Ils sont terribles, les parents castors, je vous l'ai déjà dit.

 

Mais, depuis plus d'un siècle, la grande spécialité des parents castors, c'est d'éviter à tout prix que leurs enfants échouent à l'école des castors.

 

Ils veulent absolument qu'ils travaillent bien, qu'ils aient la meilleure note, qu'ils réussissent les concours les plus difficiles. Oui, oui, tous les enfants d'une même tribu se doivent d'avoir la meilleure note, les meilleurs résultats, la plus belle des réussites, « enfin surtout mes enfants... », pense chaque parent.

 

 

Le petit castor dont je veux vous parler avait des parents aimants, gentils, tendres, prévenants, un peu trop surprotecteurs, peut-être. Surprotecteur, ça veut dire qu'ils  pensaient sans arrêt à sa place, ce qui était bon ou pas bon pour lui.

 

Donc Michaël, c'était le nom de ce petit castor, avait été très protégé. Ses parents lui avaient offert un tach. Un tach, chez les castors, c'est un petit animal avec une fourrure douce, avec quatre pattes griffues, quelquefois des mous-taches et toujours deux grands yeux câlins, et qui ronronnait quand Michaël le prenait contre lui. Un jour, au retour de l'école, Michaël découvrit que le petit tach était mort.­

 

A partir de ce jour-là, Michaël avait refusé de parler. Il ne voulait plus parler à personne.

 

Il était devenu muet. C'est dur pour un petit castor d'être muet, car avant il aimait parler, bavarder, racon­ter plein de choses passionnantes sur l'école, sur ses jeux, sur ses copains.

Mais, depuis la mort de son ami tach, il ne parlait plus. Vous allez penser peut-être qu'il était triste, qu'il était en colère contre la vie, qu'il en voulait à ses parents de ne pas avoir su éviter la mort de son meilleur ami. Non, il ne parlait plus parce qu'il s'en voulait à lui-même d'avoir perdu son meilleur ami. Il disait tout au tach, il se confiait à lui le soir avant de s'endormir, il lui racontait ses rêves, ses projets :

 

Un jour je descendrai la rivière et j'irai jusqu'à la mer... »

 

Moi quand je serai grand, je deviendrai... »

 

Quand j'aurai appris à bâtir des barrages, je ferai le plus grand barrage, sur la plus grande rivière, dans la plus grande forêt, etc. »

 

Michaël était donc devenu muet parce qu'il se détes­tait. Il ne voulait plus parler à quelqu' un qu'il détestait autant. Evidemment ses parents l'emmenèrent chez le psycho-castor, puis chez le pédo-castor, puis chez l'oto­rhino-castor, puis chez l'homéo-castor puis chez un astrolo-castor. Ils voulaient que leur enfant se remette à parler, le plus vite possible.

 

Ah ! oui, j'ai oublié de vous dire que souvent les parents castors sont pressés.

 

Ce que son papa et sa maman n'avaient pas entendu non plus, c'est que le petit Michaël avait eu très peur que son papa meure aussi. En effet il avait pensé que si le petit tach était mort à cause de lui  parce qu'il l'aimait trop fort. Comme il aimait son papa, il avait craint que celui-ci ne meure aussi, se fasse écraser par un camion ou ait une crise cardiaque. Il avait un copain à l'école qui lui avait dit que son oncle « était-mort-d'une-crise­cardiaque, mort-d'un-seul-coup ». Debout sur ses deux pattes et puis couché sur le dos, le ventre en l'air!

 

Michaël avait même imaginé — mais cette pensée-là, à qui voulez-vous qu'il puisse la dire — que s'il n'aimait plus son papa et même sa maman, peut-être que ceux-ci ne mourraient jamais. Alors, avec son silence, il se forçait à ne plus aimer, à refouler tout au fond de lui le moin­dre sentiment d'amour.

 

Les enfants castors ont de drôles d'idées dans la tête, vous savez ! Ces idées tournent entre leurs deux oreilles et elles déclenchent des comportements que les parents ont du mal à entendre.

 

 

Un jour, peut-être les parents castors arriveront-ils à entendre. Ils apprendront à ne pas chercher à compren­dre, mais seulement à entendre que si un enfant castor devient muet, c'est qu'il a beaucoup, beaucoup de choses à dire. Tellement de choses... qu'il ne peut en exprimer aucune. Comment confier en effet à ses parents : « Je ne vous parle plus, parce que je ne veux plus aimer, comme ça au moins, vous ne mourrez pas ! »

 

Comment leur dire cela ?

 

De Jacques Salomé - Contes à aimer Contes à s'aimer. chez Albin Michel.

Illustration Castor de tête : Dominique de Mestral.

 

Pour vous donner envie .... de raconter celle-ci et plein d'autres dans ce livre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Vince - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Renée G. 31/08/2006 10:55

Merci d'être passé hier sur mon blog. Politesse oblige me voici. Aucun regret !!!! Le conte du petit Castor me plait bien et les photos de paysages gelés et enneigés, magnifiques.
 

PPG 29/08/2006 17:02

Sympa le conte du Petit Castor, et j'ai aussi beaucoup aimé celui du pyjama . A bientôt sans doute.

sylvie 29/08/2006 16:36

bonjour,il peut écrire!!BisousSylvie

vincedu35 29/08/2006 00:25

Le petit Castor qui n'avait pas été entendu par ses parents !!! Comment le trouvez-vous?

Méry Gérard 28/08/2006 12:02

Alors si c'est demain je suis en avance !!!!

Liste D'articles